poisson-ou-poison-massage-amma-assis-entreprise-amatonic

Poisson ou poison ?

poisson ou poison banc poissons massage en entreprise amatonicManger du poisson pourquoi ?

Poisson ou poison, pourquoi continuer à manger du poisson ?
Parce que le poisson c’est bon au goût, c’est bon pour ses protéines, son iode, son sélénium et ses fameux oméga-3 pour les poissons gras. Bref, une bonne alternative à la viande.

Les poissons gras, c’est quoi ?

Tous les poissons ne sont pas « gras » c’est à dire qu’ils ne contiennent pas tous des omega-3. Les poissons à omega-3 sont  le saumon, le hareng, le maquereau, le thon, la sardine, l’anchois…
Ils s’opposent en cela aux poissons blancs sole, merlan, perche…

Les oméga-3 sont des acides gras  essentiels, essentiels puisque notre corps ne sait pas les fabriquer. Il faut donc les apporter par notre alimentation. Les omega-3  interviennent dans la souplesse de la paroi de nos cellules, ils maintiennent notre sang fluide, ils favorisent le bon fonctionnement du système nerveux dont nos neurones, ils sont anti-inflammatoires.

La mer, mère nourricière ?

La mer n’est plus ce qu’elle était, elle est désormais polluée par le mercure, les PCB, le plomb, le cadmium, l’arsenic, les pesticides, les retardateurs de flamme.

Le mercure, PCB (polychlorobiphényls), le plomb, le mercure, les pesticides, les retardateurs de flamme ont été utilisés pendant plus de 40 ans sur terre, certains sont désormais interdits. Ils ont d’abord contaminé les rivières, les lacs puis les mers.

Le mercure

Le taux de mercure a triplé dans les océans depuis la révolution industrielle.

Le mercure est un métal lourd, il tombe au fond des océans et contamine le plancton qui sert de nourriture aux petits poissons.
Il faut s’en méfier car le mercure est un poison « neurotoxique » càd qu’il s’attaque aux cellules nerveuses (neurones).
Le mercure est également un risque pour le cerveau des fœtus car il peut  favoriser des handicaps mentaux. Le risque est aussi élevé chez les enfants en bas âges dont les cellules du cerveau se multiplient à grande vitesse. A ce titre la Norvège a demandé aux femmes enceintes de limités leur consommation de saumon.
Pour info, la Norvège a été en 2012 à l’origine de 60% de la production mondiale de saumon atlantique, le pays a produit près d’1,2 million de tonne de ce poisson.

Le PCB

Le PCB était très utilisés comme isolants dans l’industrie. ils sont interdits depuis 1987 en France, ils étaient utilisés pour leurs propriétés isolantes (transformateurs électriques) ainsi que pour leur stabilité chimique et physique  (encres, peintures). Ils sont impliqués dans les causes de cancers, des problèmes d’hormones, de fertilité et d’immunité. On en trouve aujourd’hui aussi bien dans l’Arctique que dans l’Antarctique.

Les PCB se logent dans les graisses et y restent définitivement. Ils sont très peu biodégradables. Nos organismes s’en sont donc progressivement imprégnés, si bien que le niveau moyen de PCB chez les Français est aujourd’hui supérieur à celui qu’il était lorsque le produit était encore largement utilisé, à la fin des années 1980.

Chimiquement le PCB aime se lier aux graisses. Or les poissons les plus gras sont ceux précisément qui présentent un atout pour notre santé grâce à leur omega-3.

Il ne nous reste plus qu’à faire avec pour continuer à en manger en connaissance de cause.

Pour lesquels limiter sa consommation, lesquels manger ?

poisson ou poison chaine alimentaire massage entreprise amatonic

Manger telle ou telle espèce dépend grandement de la chaîne alimentaire, d’une façon générale,plus le poisson est petit et moins il est contaminé, plus le poisson est gros et plus la concentration en mercure, PCB et autres molécules est importante.

Que faire ?

Manger 2 fois du poisson par semaine est ce qui est communément indiqué : une fois un poisson gras (pour les oméga-3) et une fois un poisson maigre par semaine, en évitant les plus pollués afin de limiter les dégâts liés à leur contamination.

Les femmes enceintes doivent éviter de manger du poisson plus de deux fois par semaine (150 g par portion) avec une alternance de poisson blanc et gras, d’après les indications de l’étude française Calypso. Les enfants de moins de trois ans également en raison des effets du mercure sur le cerveau du fœtus et des petits.
Au passage, les femmes enceintes ne doivent pas consommer de saumon fumé.

 

poisson ou poison hareng sardines massage entreprise amatonicpoisson ou poison moules massage en entreprise amatonic

Limiter sa consommation à une fois par semaine pour

Les poissons carnivores lotte, mérou, bar, daurade, raie qui mangent de petits poissons concentrent dans leur chair le mercure, PCB et autres molécules nocives beaucoup plus vite.
Les très gros poissons requin, espadon, marlin, thon rouge, thon albacore qui mangent des poissons carnivores se retrouvent ultra-contaminés au mercure.
C’est un phénomène d’accumulation.  Nous en sommes au stade où les plus grosses espèces deviennent impropres à la consommation.

Quelques petits poissons aussi sont concernés :

Les harengs, dont la teneur en dioxines (PCB et molécules proche du PCB) peut atteindre 10 fois celle du maquereau, du saumon, de la truite, et 25 fois celle de la morue [rapport INRA 2002].

Les sardines sont, selon l’agence française de sécurité alimentaire (Anses), le plus gros contributeur de PCB et autres polluants organiques dans notre alimentation (beaucoup de plomb, de retardateurs de flamme et de pesticides).

Le maquereau est à éviter aussi.

Les moules, comme les sardines, contiennent également beaucoup de PCB, de plomb, de retardateurs de flamme et de cadmium.

La sole contient beaucoup de plomb, la morue beaucoup de cadmium. Ces deux poissons ne sont pas trop contaminés au mercure et aux PCB.

Plomb et cadmium se retrouvent aussi dans les coquillages et les calamars

Le saumon : on trouve énormément de pesticides et de retardateurs dans le saumon d’élevage. Pour le saumon, choisir le saumon sauvage d’Alaska, qui est le moins pollué.

Poissons contaminés de façon conséquente au mercure 

Lotte de mer (ou baudroie), loup de l’Atlantique, bonite, anguille et civelle, empereur, hoplostète orange ou hoplostète de Méditerranée, grenadier, flétan de l’Atlantique, cardine, mulet, brochet, palomète, capelan de Méditerranée, pailona commun, raies, grand sébaste, voilier de l’Atlantique, sabre argent et sabre noir, dorades, pageot, escolier noir ou stromaté, rouvet, escolier serpent, esturgeon, thon, espadon.

 

Les moins pollués

Selon la grande étude française Calipso (accessible ici  je vous invite à voir la fin du document pdf pour avoir les tableaux récapitulatifs zone par zone) réalisée dans quatre zones de pêche représentatives des poissons qu’on trouve en France  voici les bons poissons encore peu contaminés : merlan, cabillaud, lieu jaune, lieu noir, tacaud et leur cousin le merlu, le saint-pierre, le grenadier, l’églefin, la julienne, l’anchois sont parmi les plus sains, tant du point de vue des éléments traces que des polluants organiques persistants (POP). La daurade est saine également, un peu plus marquée toutefois par les polluants organiques (DDT, boues d’épuration, PCB).

Pour les autres produits de la mer, les coquillages en dehors de la moule, coquille saint-jacques, bigorneaux, coques, huîtres, pétoncles sont acceptables. La coque est la plus saine de toute sa catégorie. Les langoustines, crevettes et oursins sont sains. Seiches et encornets sont également sans reproche.

Le bulot est rassurant, excepté un niveau un peu plus fort d’arsenic. Il faut, en revanche, éviter le poulpe, le crabe et l’araignée de mer, très chargés en métaux lourds et POP (polluants organiques persistants).

Personnellement, je trouve cette étude Française « Calypso » bien optimiste,  comme Tchernobyl en son temps, la pollution ne passe pas la frontière de nos océans.

Que dire des poissons des lacs et des rivières ?

Ce n’est pas mieux, il ne pas oublier que ces polluants avant d’être dans la mer étaient dans les lacs et rivières.  Les anguilles, les carpes, les silures  sont tellement pollués qu’ils sont impropres à la consommation.

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le faire savoir en cliquant sur les étoiles jaunes ci-dessous, vous pouvez également le partager en cliquant sur les réseaux sociaux proposés. 

Poisson ou poison ?
Noter cette page 5 (100%) 5 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *